Tout le monde le sait, enfin je l’espère, la communication entre les êtres est difficile. que l’on se connaisse depuis longtemps ou depuis très peu de temps l’exercice est toujours sujet à interprétations différentes.

La communication non verbale prime sur le contenu verbal des paroles au sein d’une relation dans la proportion de 80/20. L’ensemble du message que nous percevons se compose de messages verbaux et de messages non verbaux.

Nous apprenons : 83% en voyant

                           11% en écoutant

                            4% en sentant

Ces pourcentages démontrent que la principale communication entre les êtres se fait au travers du regard.

Vient ensuite le décryptage au travers de la formation culturelle des intervenants.

Mais qu’en est-il de la communication par l’écrit ?

L’écrit donne l’impression d’être “ figé “. Or, la lecture d’un texte est tout le contraire, elle entraîne un processus “ physique “ d’efforts de décodage. De déclenchement de recherches intérieures, de recherches de repères permettant de synchroniser la découverte de la lecture des mots du texte en question. Le lecteur “ entend “ les mots qu’il lit.

Le lecteur se représente alors comme un interprète qui entend une énonciation en provenance d’un interlocuteur virtuel. Il recrée, il s’approprie les mots qu’il perçoit physiquement et intellectuellement. C’est la raison pour laquelle, les mots doivent être adaptés en fonction du lecteur si l’on veut que le message contenu dans ceux-ci soient perçus dans la réalité de ce qu’ils veulent exprimer.

Il existe deux types de communication importants que je pourrais appeler la communication “ engagée “ et la communication “ libre “.

La communication “ engagée “ concerne l’obligation d’apprendre ce que la vie impose et la communication “ libre” qui laisse libre au lecteur d’approfondir ou non la teneur ou le but du texte qu’il parcourt.

Si l’on est pessimiste on peut penser,à juste titre, que la communication “ libre “ est devenue la règle dans une société de plus en plus matérielle et que la communication “ engagée “, c’est à dire la communication qui déclenche en soi des processus de compréhension de l’autre sont devenus en quelque sorte un luxe auquel on pense ne pas avoir accès.

Les blogs ne seraient-ils pas par essence, l’exemple même de mélange entre la communication “ engagée “ et la communication “ libre “? Sur un même support qui peut être lu par plusieurs centaines de personnes quotidiennement, l’écrit est sujet à des interprétations en fonction de “ l’écrivant “ du lecteur et de sa perception et surtout de ses facultés à intégrer la teneur des mots émis par un “ écrivant “ souvent convaincu, mais dont la recherche de communication n’est pas la priorité.

La communication “ engagée “ et la communication “ libre “ se côtoient, s’interpénètrent provoquant ainsi et souvent des perceptions diamétralement opposées de l’idée première de “l’écrivant “

C’est ce qui peut, dans certains cas, amener à la perception que des mots, pourtant la plupart du temps pesés sombrent dans le vide.

 

Mots clés Technorati : ,,,
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s