Je tenais tout particulièrement, sur ce site, à parler de l’écrivain roumain Constantin Virgil Gheorghiu.

Celui-ci est né le 15 Septembre 1916 en Moldavie, il est mort à Paris en 1992.
Si Constantin Virgil Gheorghiu a écrit plus de quarante romans et récits, il demeure avant tout l’homme d’un livre, universellement connu, la Vingt-Cinquième Heure. C’est au lendemain de la guerre, en 1949, que le jeune poète, né le 15 septembre 1916 à RGzboieni, en Moldavie (Roumanie), publie ce roman qui dénonce la «déshumanisation du monde moderne»

Ce roman extrêmement sombre est marqué par un profond désespoir. La menace de la robotisation de la société y est dénoncée tant dans les totalitarismes hitlériens que dans la démocratie simpliste à l’américaine, sans parler du communisme soviétique, qui n’apparaît qu’en arrière-plan. La politique par catégories et idées toutes faites n’est pas une menace passée, aussi ce livre garde-t-il toute son urgente actualité.
Le roman raconte l’épopée de Iohann Moritz, paysan roumain de Moldavie, qui traverse la Seconde Guerre mondiale comme victime inconsciente de la société arrivée à la 25e heure, quand les individus ne sont plus considérés en tant que tels, mais traités comme membres de catégories ; Iohann Moritz est successivement balotté comme un fêtu de paille entre les Juifs, les Roumains, les Hongrois, les Allemands, et les Américains, chacun le considérant comme élément d’une catégorie à laquelle finalement il n’appartient pas, incapable d’exercer sa liberté d’homme en face d’une société déshumanisée.

Un passé trouble

Trois ans après la parution de la Vingt-Cinquième Heure, à l’occasion de la sortie d’un autre livre, la Seconde Chance, un scandale éclate: avant de quitter la Roumanie, Virgil Gheorghiu avait écrit un ouvrage, non traduit en français, qui conspuait «le Juif malfaisant» et faisait l’éloge du soldat hitlérien. Le philosophe Gabriel Marcel, qui avait écrit la préface de la Vingt-Cinquième Heure, exige qu’on la retire des éditions à venir. Gheorghiu quitte la France pour l’Argentine, le temps de se faire oublier.

Jamais il ne désavouera clairement ses écrits antisémites. Pourtant, Gheorghiu écrit, dans Mémoires, le Témoin de la Vingt-Cinquième Heure (œuvre parue en 1986), à propos des pogroms commis en Roumanie par les Gardes de fer fascistes: «J’ai honte de moi. Honte parce que je suis roumain, comme les criminels de la Garde de fer.» Le témoin de la Vingt-Cinquième heure, «celle qui arrive trop tard», confesse également, dans ce dernier livre, « c’est mon œuvre capitale, selon laquelle je serai jugé, dans la postérité, par les hommes, et, au Jugement dernier, par Dieu  »

Le 23 mai 1963, Virgil Gheorghiu est ordonné prêtre de l’Église orthodoxe roumaine de Paris. En juin 1966, le patriarche de Roumanie accorde au prêtre écrivain la croix de patriarchie roumaine, pour ses activités liturgiques et littéraires.
Virgil Gheorghiu a écrit ses derniers livres directement en français.

En 1966, son best-seller est adapté au cinéma par Henri Verneuil.
Voici quelques livres de Virgil Gheorghiu :

La 25e heure (1949)
La seconde chance (1952)
L’homme qui voyagea seul (1954)
Le Peuple des Immortels (1955)
Les Sacrifiés du Danube (1957)
Saint Jean Bouche d’Or (1957)
Les Mendiants de miracles (1958)
La Cravache (1960)
Perahim (1961)
La Maison de Petrodava (1961)
La Vie de Mahomet (1963)
Les Immortels D’Agapia (1964)
La jeunesse du Docteur Luther (1965)
De la 25e Heure à l’Heure éternelle (1965)
Le Meurtre de Kyralessa (1966)
La Tunique de Peau (1966)
La Condottiera (1967)

Publicités

"

  1. J’ai lu ce livre quand j’avais 16/18 ans et il m’a marquée pour toute la vie. Je l’ai perdu il y a deux ans quand une foutue mérule a dévoré mon rayonnage de littérature dans mon bureau. Mais ce livre, il est parti intégrante de ma personne. Je le porte en moi. J’avais recopié des phrases.
    Par contre, je ne savais pas pour la suite de son histoire littéraire. Comme quoi un livre peut dépasser son auteur. Exister au delà de ses défauts d’humanité. Cette lecture reste toujours d’actualité, plus que jamais en ce moment où l’humain est une marchandise.

  2. Bertaa dit :

    Je lis le livre moi-aussi. Il est bien écrit, ancré dans l’histoire. Maintenant que le communisme a prouvé sa faillite, que le capitalisme est menacé par une recession mondiale,ce livre gagne en crédibilité.

    La nuance antisémite et anti-américaine m’irritait légèrement. Vérification de la biographie de l’auteur m’a appris d’où vient ce ton subjectif.

    Les Américains dans le chaos de l’Europe d’après-guerre étaient aussi maladroits que les Américains dans l’Iracq vaincu…

  3. Arie Baauw dit :

    Op 30/9/2009 ben ik begonnen met de vertaling van Saint Jean Bouche d’Or in het Nederlands. Eerder vertaalde ik zeven andere werken van Virgil Gheorghiu

  4. boduos dit :

    Je n’ai vécu que le film de Verneuil. La scène la plus révoltante ,cruellement représentative de notre époque est la dernière, lorsque que le journaliste ,pour le scoop ou par perversité,prend en photo ce couple au destin déchiré par la guerre,tenant dans les bras les enfants issus des viols de la femme par les libérateurs russes .Ultime humiliation , le reporter exige le sourire d’Anthony Quinn….
    Mais, déjà on devine que,contrairement à l’inhumanité de ses bourreaux,Ian sera un bon père de famille. Rédemption d’un homme selon le pope Virgil Gheorghiu?

  5. kersual dit :

    Je l’ai lu il ya longtemps et aime.je tente de trouver
    Le film complet et en français.impossible
    Help, please. Hélène.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s