Monsieur,

J’espère de tout coeur que vous voudrez bien me pardonner pour l’envoi de ce mot, envoi qui croyez-le bien, a demandé beaucoup d’efforts tant son motif me préoccupe.

Le souvenir de notre soirée est encore vif et je tenais à vous dire combien j’ai trouvé votre compagnie fort agréable. Je n’avais depuis longtemps, rencontré d’homme aussi prévenant et ayant autant su me permettre d’exprimer ma féminité. Je suis seule depuis de longues années et votre rencontre au cours de ce dîner a été un merveilleux cadeau de la vie.

J’hésite à aborder le sujet, mais en réalité c’est la raison pour laquelle vous lisez ces lignes. Il concerne la suite de notre soirée, au cours de laquelle , je ne vous le reproche pas, soyez-en assuré, j’ai cédé à des désirs que je croyais refoulés à jamais. Comment avez-vous fait pour les réveiller ? Ne croyez pas que cette question remet en cause votre masculinité, absolument pas. Mais comment avez-vous fait pour prendre ainsi possession de mon corps en l’entraînant dans ce déchaînement d’une sensualité dont même mon imagination pourtant débordante ne soupçonnait l’existence. Et cela en quelques heures seulement. A ces mots, des vagues de chaleur me parcourent et je dois m’arrêter un instant.

Nous sommes séparés depuis quatre jours et pourtant mon corps vibre toujours et ma peau est encore empreinte de la votre. Votre odeur reste présente dans  ma chambre, dans laquelle je ne peux entrer sans revivre ces moments d’extase.

Mais, je m’enflamme et me détourne du motif de mon courrier.

Je voudrais, par ces mots, et avec toutes les précautions que je me dois de prendre envers vous, vous préciser que je ne souhaite pas aller plus avant dans cette relation naissante.

Vous ne le savez peut-être pas, mais je suis croyante et pratiquante. Dieu est mon refuge permanent et depuis ce fameux jour, mes rapports avec Lui sont devenus tendus et je dois dire presque inexistants et cela je ne peux le supporter. Il faut que je fasse un choix et ce sera celui de Dieu. Je dois retourner vers Lui.

J’implore votre pardon de toutes mes forces. Soyez assuré que je vous garderai pour toujours dans ma mémoire.

Adieu !

Publicités

"

  1. Lidia dit :

    Ah les femmes, elles ne savent jamais ce qu’elles veulent à part rencontrer « Dieu ».
    Et tout en vous flattant, elles disent Adieu…

  2. Annie dit :

    je corrige à Dieu ! (en espérant que ce commentaire…)
    Lidia : les femmes ? les chattes, les chiennes, mince c’est bizarres ces mots sont des insultes !

  3. polipoterne dit :

    Mais que faire face à Dieu ?
    Comment rivaliser avec l’omniscience et l’omniprésence ?
    Au moins, tu auras essayé…
    Avoir comme seul concurrent notre père à tous doit être valorisant.

    Ben, en fait elle écrit bien cette nana, mais elle n’a pas tout compris…

  4. Fanzesca dit :

    Bonsoir motpassant,
    Merci pour votre visite chez moi.
    J’espère que vous vous remettrez très vite de votre rupture de cette relation qui n’a duré que ce que durent les roses, l’espace d’un matin.

  5. Gicerilla dit :

    Hallucination visuelle, j’ai cru lire un instant « il faut que je fasse une croix » et j’avais adoré l’irrévérence. Mais elle est bien plus correcte que moi, c’est de choix dont elle parlait… Et puis en relisant encore, ambiguité de notre belle langue « …Il faut que je fasse un choix et ce sera celui de Dieu… » Ainsi donc elle croit (décidément) faire le choix imposé par Dieu ? Mais ne commet-elle pas là un péché car quelle prétention de croire que c’est ce que Dieu pour elle, veut !
    Bon je m’arrête là mais je vous avoue la tentation est grande de continuer à gloser 🙂

  6. balthazar dit :

    Titre du commentaire :Pain béni.

    Dieu t’as faite à son image ma fille, va en paix, n’écoute pas tes tourments.
    Dom Balthazar, Père du saint sacrement exposé

    P.S. Je ne lis pas mon nom dans la liste de tes peintres … tu veux décidément que je te tourmente,
    Suchet

  7. motpassant dit :

    Lidia,
    Flatte-moi encore !
    Annie,
    Que se passe-t-il ? Nous ne sommes pas à la SPA !
    Polipoterne,
    J’ai joué et j’ai perdu !
    Franzesca,
    Je suis remis !
    Gicerilla,
    Il faut souvent faire le choix d’une croix !
    Balthazar,
    Je me frappe le front et demande pardon à Dieu !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s