SONY DSC

Cécile ne comprenait pas les difficultés qu’éprouvait la police dans ses recherches. Elle était en contact quotidien avec le chef de la gendarmerie et elle avait beau chercher, elle ne voyait pas où pouvait se cacher sa soeur. Plus les heures passaient, plus l’idée qu’Astrid aurait pu mettre fin à ses jours s’insinuait et elle insistait pour que l’on fasse des recherches dans ce sens.

Maintes fois, au cours de ses crises, Astrid avait fait allusion au suicide.

Malgré l’acte horrible qu’avait commis sa soeur elle ne pouvait occulter la tendresse qu’elle avait pour elle. Les liens familiaux sont souvent irrationnels, difficiles à briser. L’image de ses parents couverts de sang ne quittait jamais son esprit, mais elle n’arrivait pas à faire directement le lien avec sa soeur. Elle était son aînée de quatre ans, et celle-ci lui avait toujours paru d’une telle fragilité qu’elle ne pouvait l’associer à un acte aussi violent. Elle en était arrivée au point de souffrir davantage pour sa soeur que pour la mort de ses parents.

Elle était professeur d’anglais au lycée voisin, son travail lui plaisait et tous ses collègues témoignaient envers elle d’une solidarité qui lui permettait de tenir. Mais l’annonce de la fuite d’Astrid avait remis en cause le fragile équilibre qu’elle avait réussi à installer et elle craignait  par-dessus tout un autre drame.

Cécile se demandait comment Astrid, sans argent, sans moyen de locomotion pouvait ainsi échapper aux recherches. Il faut dire que, sans être averti, personne ne pouvait se douter que cette jeune fille était malade. Elle avait toujours eu cet air à la fois enfantin et déterminé qui faisaient d’elle une personne à qui on pouvait, dans un premier temps faire confiance et même se confier, même s’il ne fallait pas longtemps pour qu’une faille s’ouvre et provoque l’interrogation chez l’interlocuteur.

Lui revenait en  mémoire l’enterrement de ses parents. La stupeur dans le village. Puis la procédure qui se conclut par le placement en clinique psychiatrique.

Astrid n’a jamais expliqué son geste. Avait-elle transféré ses idées suicidaires en idées meurtrières en tuant ceux qu’elle rendait responsables de son état ? La caractéristique de ces maladies psychiques est que le malade n’est pas conscient de sa maladie. Il l’a intégré comme mode de vie et l’auto-persuasion devient alors un mode de fonctionnement qui l’aide et lui permet d’intégrer à l’intérieur de celui-ci toutes les dérives psychiques qui l’assaillent.

C’est ainsi que le malade ne se perçoit pas comme tel, mais comme quelqu’un doté d’une personnalité particulière avec laquelle il peut évoluer dans la vie. Et s’il y a parfois des doutes ou des interrogations ou encore des réactions extérieures, il  se renforce davantage dans ses convictions, se persuadant d’être incompris et seul au monde. C’est une maladie qui, pour exister a besoin de s’auto-alimenter. Les traitements ne soignent alors que les maux physiques d’un corps attaqué de toutes parts comme s’il recevait des coups en permanence, mais ne soignent aucunement le trouble psychique. Il faut ajouter à cela, l’impuissance de l’entourage qui ne peut entrer dans ce fonctionnement et dont souvent les actions ne font que conforter le malade dans dans sa pathologie. Celui-ci devient alors un manipulateur inconscient et joue de ce désarroi pour s’alimenter tel un chat jouant avec une souris. Plus il parait malheureux, plus il interpelle l’entourage et plus il peut justifier qu’il faut s’occuper de lui et plus il peut ou non protester contre cette attitude.

……..

Publicités

Une réponse "

  1. […] Episodes précédents : 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13 […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s