Source

 Il faut laisser entendre que l’on sait, d’une part par manque de courage et d’autre part par peur de la mise à l’écart.

On aboutit ainsi à une ou deux pensées uniques qui marginalisent ceux qui voudraient prendre un chemin différent.

La pression actuelle sur les individus est telle que reconnaître que l’on ne sait pas ou que l’on ne comprend pas est devenu rédhibitoire.

Ne plus s’aventurer dans la contradiction est devenu une règle car elle provoque aussitôt non pas une discussion, mais une confrontation. Les convictions ne sont plus en soi, mais conçues à l’extérieur et proposées au plus grand nombre. Elles sont souvent empreintes d’une certaine dose de démagogie, ingrédient nécessaire de base dans les relations actuelles.

Publicités

Une réponse "

  1. Annie dit :

    encore un changement, tu fais comme moi à certaines périodes de la vie de mon blog quand je change de tête ! mon avis ? j’aime pas trop le bleu du bandeau, une couleur plus douce te sierai mieux.
    c’est preuve de bétise profonde de ne pas dire quand on ne sait pas

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s