Dès qu’elle eut terminé d’étendre ses vêtements, je lui proposais  une boisson. Pour la première fois, je la voyais sourire. Elle avait fini par accepter sa mésaventure, mais je me dit aussi qu’elle devait avoir un sacré caractère.

Curieusement, maintenant que « l’orage »  » était passé, je me sentais, en face d’elle, moins sûr de moi. Au fur et à mesure des minutes qui passaient, elle s’imposait d’autant, qu’étonnemment, elle ne me quittait pas des yeux. Ce n’était pas de la méfiance, au contraire, je sentais qu’elle essayait de saisir quel personnage j’étais.

Elle tenait sa tasse des deux mains, ses cheveux encore mouillés rejetés en arrière et sa façon de poser ses pieds l’un sur l’autre lui donnait un air mutin qu’il me semblait qu’elle cultivait.

Elle dégageait une personnalité qui m’intriguait. Si l’on oublie son énervement suite à sa chute, elle était maintenant très calme presque une autre et ses regards directs sur moi m’ indisposait. Je ne suis pas habitué.

Apparemment, elle est du genre à prendre les choses en main, si j’ose dire et bien que j’essaie de paraître détendu, je ne peux m’empêcher de chercher au fond de moi la ressource qui me permettrait de reprendre le dessus.

Mais elle est là, devant moi, détendue. Elle a déjà fait sa place.

– Asseyez-vous donc ! Dit-elle en souriant. On dirait que vous êtes mal à l’aise. C’est ma présence qui vous gêne ?

Un instant, j’ai envie de confirmer ses propos et la ramener à terre. Je ne vais tout de même pas me laisser dominer par une femme. Ca doit être la raison pour laquelle je ne suis toujours pas marié. Il faudra bien un jour que j’accepte que les femmes sont l’égal des hommes, au moins au niveau relationnel. Je ne peux avoir avec une femme qu’un rapport de séduction. Je n’envisage pas autre chose. C’est un ordre bien établi, l’homme séduit et la femme est séduite. La situation inverse est pour moi  impensable. C’est pourtant ce qui est en train de se passer, j’en ai bien l’impression.

Je m’assieds en face d’elle. Nous sommes installés à l’arrière du bateau sur deux fauteuils confortables où d’ailleurs d’autres femmes avant elle se sont assises. Tout est silencieux, seul un léger clapotis rappelle que nous sommes sur un bateau.

Je tente de récupérer.

– Ca va mieux, vous êtes calmée ?

– Oui, ça va maintenant. me répond-elle en me fixant toujours.

– Tant mieux, dès que vos vêtements seront secs, je vous ramènerai sur la berge.

– Oh, nous avons le temps. Je suis en vacances. Nous avons loué une maison pas très loin d’ici.

– Nous…

– Oui, mon mari ne me rejoindra que dans une semaine, s’il le peut. Il est très pris par son travail.

– Et vous, qu’est-ce que vous faites dans la vie ?

– Moi ? Je ne travaille pas. Enfin, je ne travaille plus.

Elle étend ses jambes. Ses pieds se posent à quelques centimètres des miens. Naturellement. je change de position. Un pan de son peignoir glisse et découvre une cuisse bronzée qu’elle recouvre avec lenteur.

– Et vous ? Vous passez votre vie sur ce bateau ?

– Pas toute ma vie, mais une bonne partie. J’ai réduit mes activités et comme je suis célibataire, je suis assez libre.

– Vous êtes célibataire ! Un beau gars comme vous ! Oh ! pardon ! J »ai tendance a me laisser aller et dire des choses qui peuvent surprendre. Vous ne m’en voulez pas ?

– Non, mais vous n’êtes pas mal non plus.

Plus le temps passe et plus je perds le contrôle de la situation.

– Ca vous gênerait si je passais la journée avec vous. J’aime le bateau. Nous en avons un à la mer,mais vu l’emploi du temps de mon mari, nous l’utilisons rarement.

La suite au prochain numéro….

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s