Un couple de merle, une bergeronnette, une queue-rousse courent sur l’ herbe verte. Les géraniums se dorent au soleil, tandis que l’ eau du puits jaillit d’ un bosquet de menthe et se jette dans le bassin à la grande joie des carpes koï.

Un immense tilleul, un non moins immense sapin bleu défient un jeune saule dont les frêles feuilles s’ agitent mollement.

Dans son hamac, une jeune femme aux lunettes noires s’ abandonne à un léger balancement.

Depuis une terrasse voisine, un homme la regarde. Il ne peut détacher son regard des formes généreuses ainsi exposées. Ses sens sont stimulés. Ses mains tremblent. Il s’ attend à être surpris d’ une seconde à l’ autre. Il n’ en est pas à sa première fois, mais l’ attrait sexuel est plus fort que le risque. Et jamais il n’ a eu l’ impression d’ être découvert.

Ce qu’ il ne sait pas, c’ est que depuis longtemps, elle se sait épiée. Elle avait été  surprise la première fois, mais elle s’ était rendu compte que ce regard voyeur ne lui déplaisait pas. Elle jouait donc le jeu jusqu’ au bout.

Il était encore tôt dans la saison pour qu’ elle se montre nue. Elle le ferait dans quelques semaines. Elle exposerait ainsi son jeune corps, ferme et bronzé et elle imaginait avec bonheur la frustration qu’ elle déclencherait chez cet homme.

C’ était un homme entre deux âges, elle n’ aurait su dire s’ il avait quarante ou soixante ans tellement sa silhouette était tassée et fuyante. Elle le savait marié et père de deux enfants.

Elle changea de position et aussitôt l’ homme se retira. Puis, il réapparut.

De temps en temps elle passait ses mains sur son corps, sur ses seins ou parfois elle s’ enduisait de crème, accomplissant ainsi des gestes langoureux, sûre qu’ elle allait ajouter au trouble de cette silhouette voyeuse.

Une tourterelle vient perturber la tâche du couple de merle qui le fait savoir bruyamment. Le long du vieux mur de pierres sèches, la vigne commence à proposer ses nouvelles grappes, tandis qu’ autour du potager, les dahlias offrent leurs fleurs mauves et bordeaux.

La tourterelle s’ approche du bassin. Elle boit.

Publicités

Une réponse "

  1. Olivier SC dit :

    Faut dire merci à Netvibes car, lors de mon 1er passage, il n’y avait pas les photos.

    Ca ne veut pas dire que je ne « prends » que des billets illustrés ; vous le savez bien, je pense 😉

    Bonne soirée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s