Source image

Je viens de lire un article qui m’a beaucoup touché car il exprime avec talent l’énigme que nous représentons les uns pour les autres. Qui sommes-nous ? Que voyons nous dans le regard de notre interlocuteur ? Quelles sont les motivations d’un rapprochement entre deux personnes ? Un pessimiste pourrait avancer que celui-ci n’est basé que sur la recherche de sa propre connaissance. Un optimiste pourrait avancer au contraire qu’il est basé sur la confiance réciproque.

Il y existe bien sûr des positions intermédiaires mais que comprenons-nous des paroles de l’autre ? Nous entendons ses paroles à travers le prisme de notre propre histoire qui n’est forcément pas la même que celle de notre vis-à-vis. Ces paroles sont alors transformées pour correspondre à une perception reposant sur l’imaginaire, sur un a priori inévitable.

Je me suis souvent rendu compte qu’en fait, la communication était plus facile lors de contact dont je savais par avance qu’il serait bref. Le fait de savoir qu’il n’impliquera pas d’engagement de ma part me libère alors et me permet alors de recevoir directement des mots dont, dans une situation différente, j’aurais eu tendance à déformer pour les ajuster à ma perception.

 Rares sont les occasions de recueillir des égards dans notre société et quand cela arrive il se déclenche toujours une petite alerte qui nous interroge sur l’origine de ces égards. C’est évidemment une vision pessimiste mais elle est peut-être considérée comme légitime.

 Pourtant la communication est vitale pour l’homme et souvent, par faiblesse ou par intérêt, celui-ci renie ses propres mots pour en entendre d’autres qui lui donneront l’impression d’exister parmi ses semblables. La quiétude se trouve sûrement dans une relation ancienne quand les barrières sont tombées, quand les regards peuvent se confronter sans préjugé, sans pudeur.

  » Nous sommes lucides. Nous avons remplacé le dialogue par le communiqué. »
 
Albert Camus


 

Publicités

Une réponse "

  1. gballand dit :

    L’autre est souvent le miroir de nos projections. Et si nous écoutions l’autre, parfois ? chose si rare dans notre société, sauf quand on va chez le psy… On est souvent surpris quand on écoute sans juger. C’est difficile à faire, mais cela en vaut la peine, puisque cela nous permet d’être dans une relation authentique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s