Mai 68. Rejeté par Sarkozy. Encensé par la gauche. Il faut bien reconnaître que rarement un mouvement a été plus identifié par une tendance politique. Il s’agissait là, comme le dit Cohn-Bendit d’un mouvement essentiellement de gauche en lutte contre la droite de l’époque. Constat que l’on pourrait qualifier de lapalissade.

Une droite au pouvoir depuis trop longtemps, complètement sclérosée, coupée de toutes réalités et qui n’a été sauvée que par la personnalité du Général de Gaulle.

Cependant, mon propos d’aujourd’hui est motivé par une réflexion basique provoquée par tous les commentaires entendus la semaine dernière au sujet de cet anniversaire.

Chacun, me semble-t-il a vécu son mai 68.

 Évidemment, les informations officielles nous transmettent les différentes visions des leaders de ce mouvement, le vécu des habitants des grandes villes où le mouvement s’est exprimé. Pour les uns, il s’agit d’une expérience unique, essentielle pour l’avenir, pour d’autres il s’agit d’un événement important, mais qu’ils n’ont vécu qu’en tant que spectateur et pour d’autres encore, mai 68 a été vécu de façon lointaine, c’est à dire sans bouleversement dans la vie quotidienne, à part le partage d’une ambiance lourde et incertaine,mais vécue avec du recul.

 Il y avait les étudiants, il y avait les grévistes, il y avait les politiques et autour de tout cela il y avait le peuple, principalement en province et chacun en a retenu une expérience différente, différence que le temps a tendance a gommer et a réunir.

J’écoutais Cohn-Bendit sur Canal Plus, cette semaine dire dans son style inchangé depuis quarante ans que mai 68 n’avait fait peur qu’aux  » vieux  » et que d’ailleurs Sarkozy en s’attaquant à mai 68 avait rallié tous les  » vieux « . Il n’a d’ailleurs pas été seul à le dire, les  » vieux  » constituant paraît-il une grande partie de son électorat. N’y a-t-il donc pas de  » vieux » qui ont voté contre Sarkozy ?

 Quelle est donc cette société qui stigmatise une catégorie  ? Être  » vieux  » n’est-il plus le symbole d’une certaine expérience de la vie ? Faudrait-il avoir entre 25 et 45 ans pour être crédible ?

Quelle est donc cette société qui stigmatise les  » jeunes » et les  » vieux « . T’es trop jeune, t’as pas de boulot, t’es trop vieux t’en as encore moins !

Pareil en politique, t’es trop  » jeune » on ne t’écoute pas, t’es trop vieux on t’écoute encore moins !

 Bon, je m’égare encore ! Mon propos était de dire qu’en mai 68 j’étais jeune marié, jeune papa, que j’étais en vacances dans la Drôme et que je mangeais de délicieuses fraises et de délicieuses cerises, ça existait encore !

Désolé, mais voilà comment j’ai vécu mai 68.     

Ps : ce texte n’est qu’une opinion personnelle, toute personnelle !

Je ne souhaite aucune polémique

Cordialement.

Publicités

"

  1. jacques dit :

    Eh bien, Cher Motpassant, vous faites des progrès !

    Votre texte est équilibré, n’attaque personne.

    Si Mai 68 a servi aussi à çà, c’est pas si mal.

    jf.

  2. Michèle dit :

    J’étais fac à Lyon , la Doua…je suis toujours allée en cours !
    J’ai perdu de vue un très cher ami, qui a disparu le soir sanglant où un policier est mort sur le Pont Lafayette……..

    Oui les bonnes cerises ! mes parents en ramassaient 3 tonnes à Chavanay .

  3. motpassant dit :

    Jacques.
    J’ai été bien sage, j’ai droit à un bon point. Merci.
    J’espère que vous aussi vous serez sage et que je pourrai m’octroyer, moi aussi, cette faculté de distribuer des bons points.

  4. jacques dit :

    Ai-je parlé de bon point ????

    jf.

  5. Michèle dit :

    non pas question de « bons points » mais jf. vous me faites penser à un prof qui juge le travail d’un élève !!

    quand vous vous adresser à mot passant…..des progrès : çà veut dire quoi ?

  6. René dit :

    Jacques et Motpassant qui se parlent avec respect (ce qui n’exclue pas les pics), c’est nouveau, et c’est rafraîchissant. Merci à vous deux.

    Concernant mai ’68, j’ai déjà eu largement l’occasion de dire ailleurs ce que j’en pensais, sachant que je l’ai vécu de l’intérieur et que je maintiens malgré cela aujourd’hui qu’il n’a été finalement qu’un maginifique « ratage » historique. Il a quand même le mérite de laisser des traces culturelles indéniables, et plutôt positives. Accessoirement, il permet à certains de se donner a posteriori une importance qu’ils n’auraient pas sinon, et qui ne fait de mal à personne…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s