vosges2.jpg

Origine de la photo

Je me souviens des ces pierres sèches délavées par le temps sur lesquelles  j’ écrasais des éclats de faïence pour ensuite les distribuer aux poules en liberté et ainsi, me disait-on, solidifier les coquilles d’ oeufs.

Je me souviens aussi de la douce chaleur qu’ elles m’ offraient tandis que je buvais le brûlant soleil d’ août, et que de grands frissons parcouraient mon petit corps d’ enfant.

Je me souviens aussi de ce petit jardin ruisselant de couleurs, de sa terre noire et légère qui produisait sans compter les grosses fraises dont je me régalais sans retenue.

Il y avait aussi ce grand bassin où se déversait une eau pure et fraîche. Situé sur le chemin de l’ étable, les vaches à grands coups de langue se désaltéraient bruyamment, tandis que d’ autres ne pouvaient résister à la poignée de sel que je leur présentais. Avec gourmandise elles absorbaient les gros grains et il me semblait  entrevoir dans leurs yeux, du moins je me plaisais à l’ imaginer une gratitude qui me ravissait.

Je me souviens aussi de ces soirées où très vite mes yeux se fermaient, malgré ma résistance. Je m’ endormais très vite, malgré des bruits inquiétants qui m’ enfonçaient davantage encore sous le gros édredon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s