narcisse.1194688630.jpg

NARCISSE 

« « Un jour qu’il s’abreuve à une source, il voit son reflet dans l’eau et en tombe amoureux. Il reste alors de longs jours près de la source à se contempler et à désespérer de ne jamais pouvoir rattraper sa propre image. Il finit par dépérir puis par mourir, et est pleuré par ses sœurs les naïades. À l’endroit où l’on retire son corps, on découvre des fleurs blanches, ce sont les fleurs qui aujourd’hui portent son nom.

L’histoire de Narcisse est passée dans le langage courant ; en effet, on dit d’une personne qui s’aime à outrance qu’elle est narcissique. » 

Ce mot m’est venu à l’esprit ce matin et après réflexion je suis de plus en plus convaincu qu’il caractérise bien le climat actuel de notre pays. A force de se regarder on perd toute notion de la réalité, mais surtout tout regard sur l’autre. C‘est à celui qui sera le plus malheureux, celui qui se sentira le plus lésé, le plus victime du système.

Quelles sont les catégories narcissiques de nos jours ?

Il suffit de regarder dans la rue. Le 14 novembre, les narcisses vont défiler, bloquer des millions de personnes, coûter à la société des millions d’euros, mais que verront-ils ce jour-là ? Ils ne verront qu’eux, que leurs petits problèmes. Ils savent très bien que la réforme est nécessaire, mais ils veulent une réforme qui corresponde à leurs petites habitudes et non une réforme qui fera avancer le pays. Qu’on-t-ils à faire du pays ? Cette notion ne correspond pas à leur narcissisme. Ils préfèrent dépérir et ainsi faire dépérir les autres. 

D’autres petits narcisses essayent de se joindre aux grands narcisses. Dans ce cas il s’agit de narcisses d’extème-gauche, tellement narcissiques que 500 d’entres eux n’hésitent pas à bloquer 30 000 vrais étudiants qui eux ont compris qu’il était important de sortir du narcissisme. 

Et puis il y a le narcisse politique de gauche ou de droite.

Celui de gauche est plus exacerbé parce qu’il est dans l’opposition actuellement, mais celui de droite n’a rien a lui envier du fait de son incapacité à appréhender les besoins réels des français.

La gauche, handicapée par son inconstance se regarde tellement qu’elle bascule dans la fontaine.

La droite hypnotisée par son président ne sait pas où regarder de peur de mal faire. 

Allons-nous tous dépérir à force de nous regarder dans un miroir ? 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s