Faut-il être maso pour tenir un blog ?

En ce samedi matin ensoleillé, je me pose soudain la question.

Evidemment, la teneur d’un blog dépend de la personnalité de celui ou celle qui le tiens. Allez, encore une vérité de La Palisse.

Inconsciemment ne recherche-t-on pas l’acquiescement du lecteur ? Ne recherche-t-on pas une confirmation de ses sentiments ?

Je ne conçois pas de publier un billet sans penser à ceux qui vont le lire et à ce qu’ils vont en penser. Et à partir de ce constat ne dois-je publier que des billets que je voudrais consensuels ?

Il est humain, après tout, de rechercher des convergences parmi ceux qui passent sur le blog.

Mais quels sont les sujets qui sont susceptibles de rassembler ces convergences ?

Par exemple, si  je crée un blog qui présente des jolis oiseaux, ça ne peut être que convergent ! De même pour de jolis poissons !

De même pour des poésies.

Ou encore un peintre et ses œuvres, on aime ou on n’aime pas, mais ce n’est pas un sujet de polémiques.

Tous ces sujets amènent des commentaires complices, sympathiques.

Mais si je m’essaie à proposer des billets relatifs à la société, je m’expose à des désaccords, à des visions différentes, donc je prends le risque de remettre en cause mes convictions, si je suis tant soit peu à l’écoute des avis extérieurs.

Et c’est là qu’il faut avoir le talent de s’exprimer le plus clairement. Rassurez-vous, je ne m’arroge pas ce talent ! Pour preuve le billet sur Laporte qui n’a été perçu que par le prisme de la politique politicienne.

Les faits de société et en particulier le fait politique sont des motifs de billets qui à contrario ne sont pas des sujets de consensus. Pourtant, les blogs pourraient être le cadre de débats intéressants. Le développement du net en est le témoin.

Mais à mon grand désarroi, la plupart du temps le visiteur, à la lecture d’un billet avec lequel il se trouve en désaccord se laisse aller facilement à la critique sans même prendre le temps d’analyser ce qu’il a lu. Sa conviction prend le pas et coupe toute interaction entre les deux avis. C‘est en quelque sorte un dialogue de sourd.

Vous allez me dire, quoi de plus normal ! C‘est vrai, je n’ai pas l’ambition de détenir la vérité !

Mais ce que j’ai écrit et qu’il lit ne peut être complètement stupide. Alors pourquoi ce commentateur n’argumente-t-il pas  au lieu de simples critiques.

Un blog appelé «  Equilibre précaire «  vient d’être créé. C‘est une initiative intéressante que de raconter le quotidien des salariés ou des chômeurs qui ont des difficultés.

Mais ne faudrait-il pas parallèlement à cela mettre en place des débats pour réfléchir à une vision concrète des problèmes.

Relater les difficultés d’un salarié est utile mais ne faudrait-il pas réfléchir à ce que l’on peut proposer comme solutions. D’autant plus que ces problèmes, sur le plan politique se résume en terme de droite ou de gauche. Ces clivages sont dépassés.

S’imaginer que la gauche au pouvoir résoudrait les problèmes est une erreur, elle ne ferait pas mieux que la droite.

Les idées doivent remonter du peuple. Et celui-ci doit réfléchir. Proposer.

Ne plus attendre que le bonheur vienne d’en haut. Il n’arrivera jamais.

Le dialogue social n’existe plus. Voilà un terrain de réflexions. Comment reconsidérer la place du salarié dans l’entreprise ?

Le rôle des décideurs ? Le rôle des exécutants ? Les responsabilités réelles ? La participation au projet d’entreprise ?

Voilà des thèmes sur lesquels, je suis prêt à dialoguer.

Et il faut resituer ce dialogue au niveau local. Repartir de la base.

Il a été démontré à diverses reprises que des manifestations faisaient reculer les politiques.

Pourquoi ne pas adopter la même attitude, non pas pour protester, mais pour proposer.

Le C.P.E. a été retiré. Et alors ! Et après ?

Le problème de l’emploi des jeunes perdure. Alors pourquoi, toutes les organisations étudiantes ne se posent-elles pas en terme de propositions concrètes. Elles seraient écoutées. Et qui mieux qu’elles est à même de comprendre la jeunesse ?

Je sais que mon discours sera inaudible pour beaucoup. Mais est-il plus constructif de critiquer sans cesse le gouvernement ou est-ce plus constructif d’être une force de proposition ?

J’ai souvent l’occasion de constater qu’il est plus facile de crier : Sarkozy ! Sarkozy ! En sautant comme un cabri. Mais à quoi cela sert-il ? A rien !

Faut-il baisser les bras ? Se dire qu’on ne peut rien faire parce que la droite est au pouvoir ?

C‘est la solution de facilité et pendant ce temps, rien ne se passe.

Publicités

"

  1. Nicolas J dit :

    Bonjour,
    Et merci de citer Equilibre Précaire.
    Je n’en suis qu’un contributeur, le blog et tout neuf et je ne sais pas où il va. Mais son rôle ne sera pas uniquement de livrer des témoignages.

    Vous dites « Mais ne faudrait-il pas parallèlement à cela mettre en place des débats pour réfléchir à une vision concrète des problèmes. »

    Justement ! J’espère qu’Equilibre Précaire sera un lieu de débat.

  2. Nicolas J dit :

    En outre, vous dites « Je sais que mon discours sera inaudible pour beaucoup ».
    C’est un peu ce qui me plait dans ce nouveau blog : l’union faisant la force on a une chance de devenir un peu audibles, contrairement à nos blogs individuels.

  3. schpountz dit :

    « Il est humain, après tout, de rechercher des convergences parmi ceux qui passent sur le blog.
    Mais quels sont les sujets qui sont susceptibles de rassembler ces convergences ? » écrivez-vous.
    Les convergences sont conjoncturelles d’abord, factuelles et, dans la durée, plus profondes et naturelles. Il ne faut pas les provoquer, mais être soi-même, et laisser les liens se tisser. La blogosphère est un carrefour comme les autres. Il n’y a pas de raison que des complicités ne s’y nouent pas à condition qu’elles ne soient artificelles. Il faut absolument éviter que le cercle se referme sur lui-même, et que de commentaires en commentaires, on se gargarise de soi-même. A cet égard, les commentaires sont une rude école. Mais, on se blinde. Je me souviens d’un commentateur qui m’écrivait : « Mais que vous êtes nul ! » Et alors ? Ne le sommes-nous pas tous.
    Sur le « Faut-il être maso pour tenir un blog ? », il y aurait à dire aussi. Pouvoir endurer de ne pas alimenter son blog pour quelque raison que ce soit, est un élément de réponse.
    Il est trop tard ce soir pour continuer sur ce thème. Mais, je pense, qu’entre les lignes, beaucoup d’entre nous répondent à cette question.

  4. lamauragne dit :

    Cher Motpassant,
    Ce n’est pas la première fois que vous vous plaignez d’une soi-disant « absence de propositions » de la part de ceux qui s’expriment contre quelque chose.
    Evidemment, si vous n’avez comme source d’information que les médias audios et visuels ou la presse « bien pensante », alors vous pouvez imaginer que personne ne propose jamais rien….
    Mais l’un des bienfaits actuels d’internet aujourd’hui est que vous pouvez (sinon devez…sourire) consulter les sites des associations, des partis politiques, des syndicats, etc…
    Et là, vous pourrez découvrir nombre de propositions constructives que ceux que j’ai cité ci-dessus se gardent bien de retransmettre…

    Un seul exemple..ce que j’ai mis hier sur mon Bloc-notes à propos d’une euro-députée socialiste française.

    De façon générale, si le dialogue social en France était vraiment un dialogue (dernier exemple la dernière proposition du Medef sur les contrats de travail), si les négociations étaient réelles et sérieuses, alors le « climat » serait sûrement différent. Et je sais de quoi je parle pour avoir été délégué syndical (mais pas permantent syndical) pendant 30 ans….

    jf.

  5. Michèle dit :

    Curieusement je me positionnais depuis quelques jours sur l’intérêt des blogs et en l’occurence du mien ?..
    Questionnement à mon sens plus métaphysique que nous ne pouvons pas imaginer.

    Mon blog est devenu pour moi un lien avec les autres, un but, une richesse culturelle qui conduit à ne pas se regarder le « nombril » mais à s’ouvrir aux autres, aller vers les autres…qui sont parfois très éloignés de notre plancher des vaches.

    Motpassant , ne vous torturez pas , ne vous laissez pas décourager par des propos sans fondement….il n’est pas utile de toujours vouloir être dans un moule façonné par les autres.

    J’aimerais la recette miracle pour que le « climat » soit différent ?

    Est-ce que le syndicalisme ne joue pas un rôle déstabilisant , toujours voir l’inverse, toujours contester, vouloir dialoguer « façon langue de bois » ?

    Je vais m’attirer des ennemis , tant pis pour ma pomme.

  6. patriarch dit :

    Tu sais, je me suis cantonné dans un bestiaire (à part les dimanches et parfois d’autres jours selon mon humeur), parce que je me suis aperçu que tous ceux qui en parlent ,( moi le premier) restent fermement accrocher pour certains, à leur idéal, et d’autre à leur ambition politique et économie. Il y a bien eu, quelques hommes politiques pour faire exception à la régle. Donc nous en arrivons à un débat de sourds que, seul la rue peut faire évoluer (en mal ou en bien pour un bref moment !). D’où les manifs de plus en plus violentes.
    Très peu d’hommes politiques ont trouvé grâce à mes yeux. certains, en qui j’avais confiance à leur début, par leur continuellement changement de pied, digne de nos illustres 3/4 centres d’antant, m’ont dégouté de la politique, je vote donc selon mon coeur, mais celui ci bat à vide, aujourd’hui !

  7. lamauragne dit :

    A l’attention de Michèle.

    Que savez-vous donc des Syndicats pour les juger ainsi ????

    Puis-je vous sugérer d’aller voir sur mon propre Bloc-Notes, la dépêche de l’AFP que je viens de reproduire à propos d’un Rapport de la Cour des Comptes.

    Vous me direz ensuite qui des Syndicats ou des Patrons, ou de l’Etat, sont les plus « déstabilisants »….

    Bien cordialement,

    jf.

  8. schpountz dit :

    Question induite par le commentaire… d’un commentateur : bloguer est-ce blablater ? Ah ! S’il n’y avait pas de blablatage en France, le dialogue serait peut-être possible !

  9. leunamme dit :

    Je rajouterais à votre réflxion sur le rôle des autres quand on fait un blog, que la pensée de ces mêmes autres, de ceux que l’on aimerait bien qu’il nous lise, peut influencer sur le contenu de ce que l’on écrit consciemment ou pas.
    Par contre, j’ai quelques désaccords avec vous. Vous dites que le clivage droite gauche est dépassé, Ha bon, en quoi ? Qu’il n’y est plus guère de différences entre une certaine frange du parti socialiste et la droite, c’est clair. Que la gauche au pouvoir ait renoncé à nombre de ces idéaux pour finalement se convertir au capitalisme, c’est vrai.
    Mais, même sans aller jusqu’à une démarche idéologie stricto-sensu, est ce à dire que toute les valeurs portées par la gauche depuis qu’elle exits sont caduques ? Non, je ne le crois pas. Tant que certains s’enrichiront quand d’autres s’appauvrissent il y aura une nécessité d’avoir des gens qui pensent que le pouvoir économique doit se soumettre au pouvoir politique. Pour moi être de gauche c’est cela. Fixer la règle, puis trouver les moyens. Décider que l’âge de la retraite est de60 ans puis trouver les financements par exemple. Aujourd’hui on fait le contraire.
    Sur les syndicats, et le fait qu’à chaque fois que l’on manifeste c’est pour être contre. Il est exact de dire que beaucoup de mouvements ont eu lieu en réaction et non pas en propositions. Est-ce pour autant que ces dernières n’existent pas ? Non, évidemment, j’ai beaucoup manifesté ces dernières années, et je peux vous assurer que dans les cortèges, il y en avait des propositions. Elles émanent des organisations syndicales (et toutes ont des projets de société assez claires), des partis politiques (et la pensée de gauche n’est pas le néant que l’on voudrait nous faire croire), mais aussi des associations, des gens de la rue. Curieusement, comme vous allumez votre télevision ou votre radio le soir, rien de tout ce la n’apparait. Mais qui dirige ces médias, et que lest leur intérêt ? Aujourd’hui, seule une certaine presse indépendante mais en crise se fait le relais de pensées différentes.
    A bientot, donc, pour de nouveaux débats.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s