Le site Hérodote consacré à l’histoire a comparé le programme des six premiers mois avec ceux de Giscard, Mitterrand et Chirac. La refonte des retraites n’est pas citée dans le programme de Sarkozy.

En 34 ans, on peut considérer, selon sa propre vision, que le verre est à moitié plein ou à moitié vide, car quel que soit le président, les réformes se font la première année, ensuite c’est la politique politicienne qui reprend le dessus. Et je crains qu’il en soit de même cette fois. Est-ce une spécificité française ?

Pourtant, avec de la bonne volonté, en 34 ans, on pourrait en faire des choses !

Réformes des six premiers mois de Giscard– :

– 3 juillet 1974 : l’immigration est suspendue au nom de la sauvegarde de l’emploi.

– 5 juillet 1974 : la majorité légale, qui était de 21 ans depuis 1848, est abaissée à 18 ans.

– 7 août 1974 : l’ORTF (monopole public de la radio et de la télévision) éclate en plusieurs chaînes et stations concurrentes.

– 14 octobre 1974 : indemnisation des chômeurs licenciés économiques sur la base de 90% de leur dernier salaire pendant un ans (sic).

– 21 octobre 1974 : possibilité pour 60 députés ou 60 sénateurs de saisir le Conseil constitutionnel (cette révision de la Constitution va se révéler à l’usage d’une grande importance).

– 26 octobre 1974 : une deuxième loi Neuwirth sur la contraception (après celle de 1967) autorise le remboursement de la pilule par la Sécurité Sociale.

– 28 novembre 1974 : légalisation de l’avortement à l’initiative de Simone Veil (pendant une période d’observation de 5 ans)…

Les réformes vont se poursuivre à un rythme à peine ralenti jusqu’au terme du septennat.

Par des gestes symboliques, Valéry Giscard d’Estaing veut aussi décrisper les pratiques républicaines, non sans parfois susciter le sourire : descente à pied des Champs-Élysées le jour de son intronisation, défilé du 14-Juillet à la Bastille, dîners informels chez des Français ordinaires,…

Le chef de l’État a toutefois la malchance d’arriver au pouvoir juste après la guerre du Kippour, alors que l’Europe entre dans une longue crise de langueur, de sorte que l’opinion ne va pas manquer de lui attribuer les méfaits de la crise économique et de la poussée du chômage (*).

Il accentue le caractère présidentiel du régime et donne des instructions tous les six mois, de façon si directive que son Premier ministre, exaspéré, finira par claquer la porte au bout de deux ans…

Les six premiers mois de Mitterrand

– 1er juillet 1981 : augmentation des allocations handicapés (+20%), familiales (+25%), logement (+25%).

– 4 août 1981 : suppression de la Cour de sûreté de l’État.

– 2 octobre 1981 : autorisation des radios locales sans publicité.

– 8 octobre 1981 : blocage des prix pendant six mois.

– 9 octobre 1981 : la France s’aligne sur les autres pays européens en abolissant à son tour la peine de mort.

– 15 décembre 1981 : abrogation de la loi «anticasseurs» prise à la fin du septennat précédent.

– 30 décembre 1981 : création de l’impôt sur les grandes fortunes.

Le 26 novembre 1981, Jacques Delors, ministre des Finances, alarmé par le dérapage de l’économie, demande une pause dans les réformes mais celles-ci ne s’en poursuivent pas moins l’année suivante, conformément au programme électoral :

– 14 janvier 1982 : ordonnances sur la limitation à 39 heures (au lieu de 40) de la semaine de travail.

– 13 février 1982 : la loi sur les nationalisations fait passer dans le giron de l’État la plupart des grandes entreprises.

– 3 mars 1982 : la loi sur la décentralisation donne une certaine autonomie aux départements et aux régions (entre autres effets collatéraux, cette loi met fin à toute velléité de l’État de maîtriser l’urbanisation et l’aménagement du territoire ; chaque collectivité n’en fait plus qu’à sa tête).

Le 11 juin 1982 survient un premier plan de rigueur. L’état de grâce appartient au passé…

Les six premiers mois de Chirac en 1995

– 17 juillet 1995 : la République fait repentance pour les crimes commis pendant l’Occupation allemande.

– 15 novembre 1995 : Alain Juppé est applaudi à l’Assemblée nationale pour son plan de redressement de la Sécurité Sociale…

En septembre 1995, le Premier ministre, confronté à la dégradation des comptes publics, renonce à réduire les impôts et diffère la réforme fiscale. Mais le plus dur reste à venir. C’est en novembre un énorme mouvement social qui paralyse les transports pendant plusieurs semaines pour protester contre la réforme de la Sécurité sociale. Le plan est finalement retiré.

Notons la principale réforme de l’ère Chirac : c’est la suppression du service militaire vieux de deux siècles, annoncée le 22 février 1996.

Les six premiers mois de Sarkozy, s’il va au bout de ses réformes.

– Gouvernement de combat resserré, avec autant de femmes que d’hommes… [le deuxième gouvernement Fillon, 19 juin 2007, compte à dire vrai 33 ministres et secrétaires d’État, dont 11 femmes]

– Paquet fiscal : allègement des cotisations sociales et défiscalisation des heures supplémentaires, défiscalisation des revenus étudiants qui mènent de front leurs études et un travail salarié, limitation des impôts et taxes à 50% des revenus, défiscalisation partielle des intérêts d’emprunt sur les achats de logement, abattement fiscal de 150.000 € sur les successions… [coût total : 11 à 20 milliards d’euros par an selon les estimations (200 à 300 euros par habitant)]

– Augmentation de la TVA en contrepartie d’une baisse des cotisations sociales sur les salaires (TVA «sociale»).

– Franchise non remboursée sur les dépenses de santé.

– Service minimum dans les transports publics en cas de grève.

– Plus grande transparence sur les revenus et les «parachutes dorés» des dirigeants d’entreprises [ne vaut que pour les entreprises dont le siège est en France].

– Non-remplacement d’un fonctionnaire retraité sur deux.

– Autonomie de gestion des universités [on n’envisage pas de toucher au problème central des universités, à savoir le droit de tout bachelier de s’inscrire dans le cursus de son choix sans avoir à faire la preuve de ses motivations].

– Suppression de la «carte scolaire».

– Discrimination positive.

– Conditions de ressources pour le regroupement familial des immigrants.

– Refus d’intégration de la Turquie dans l’Union européenne.

– Vote par la voie parlementaire (et non par référendum) d’un mini-traité européen.

 

Publicités

"

  1. Flo Py dit :

    Est-ce parce que je suis de gauche que les réformes prévues par Sarkozy et sa clique me paraissent uniquement destinées à satisfaire les appétits féroces d’un clan (pour ne pas dire d’une caste), et non les besoins du plus grand nombre ?

    Est-ce parce que je suis de gauche que les réformes mises en place par Giscard d’Estaing et Mitterrand me semblent plus humaines, plus essentielles ?

    C’est sans aucun doute parce que je suis de gauche que je ne comprends pas, en toute bonne foi, que l’on puisse se réjouir de la défiscalisation et de ce que l’on a nommé « paquet fiscal », en général, du durcissement considérable des conditions du regroupement familial, de la mise en place d’une franchise sur le remboursement des frais médicaux, de la suppression de la carte scolaire…

    Je t’assure, Motpassant, que je ne comprends pas. Et cette société où seul le plus fort, le plus riche, le plus influent peut survivre n’est pas celle que j’aurais voulue. Ni pour moi, ni pour personne.

    Bises et très bonne soirée.

    PS : Je viens de terminer un livre absolument superbe, sur les effets de « réformes » à peu près similaires : celles faites par Tatcher, en Grande-Bretagne. C’est « Les dépossédés », de Robert McLiam Wilson (chez Points, 7 euros). Je précise que c’est facile à lire (l’auteur est romancier, pas sociologue).

  2. patriarch dit :

    Tu sais, aucun président jusque maintenant,ne veut se mettre à dos, la partie de la population qui lui a apporté la victoire. Régler ce problème de retraite, équitablement comme on ne fait que de nous le seriner à longueur de jounée, suppose (équité oblige) de mettre tous les régimes sur la table, pas seulement certains. En premiers, ceux qui ont été et le sont encore renfloués par le régime général. Ceux qui ne sont pas limités dans leur plafond (ministres, élus et même président de la république. Celui des journalistes, présentateurs télé et animateurs radio, enifin tous sans exception. Et là, il y a du grain à moudre.
    C’est là que ça achoppe , trop de gens bien lotis vont la trouver pas drôle cette réforme. Je suis prêt à descendre dans la rue, s’il le faut. Egalité…d’accord, pour tous, que ce soit le président ou celui qui lui ramasse la poubelle tous les jours !!

  3. lamauragne dit :

    Cher Motpassant, dans vos « bilans » vous avez oublié que Juppé avait augmenté la TVA et que Jospin l’a rediminuée d’un point….

    jf.

  4. Flo Py dit :

    … Ou encore la dépénalisation de l’homosexualité (1983).

    Mais cher Jacques, Motpassant établit ici un bilan des 6 premiers mois de présidence 🙂

    Bises et bonne journée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s