Emile NELLIGAN (1879-1941) 
(Recueil : Motifs poétiques) 
  
 
La passante
Hier, j’ai vu passer, comme une ombre qu’on plaint,
En un grand parc obscur, une femme voilée :
Funèbre et singulière, elle s’en est allée,
Recélant sa fierté sous son masque opalin.

Et rien que d’un regard, par ce soir cristallin,
J’eus deviné bientôt sa douleur refoulée ;
Puis elle disparut en quelque noire allée
Propice au deuil profond dont son coeur était plein.

Ma jeunesse est pareille à la pauvre passante :
Beaucoup la croiseront ici-bas dans la sente
Où la vie à la tombe âprement nous conduit;

Tous la verront passer, feuille sèche à la brise
Qui tourbillonne, tombe et se fane en la nuit

                                                ==========

ciel2.1187273480.jpg

Stéphane Barbéry
Publicités

"

  1. patriarch dit :

    Tu soldes tout avant de lever le pied !! Sourires !!

  2. jjd dit :

    PROFITEROLES

    Profite de la vie
    Hors des profits et pertes

    Ce qui n’a pas de prix
    – Savoirs Saveurs Ami(e)s
    Et jusqu’à tes écrits-
    Tient le premier rôle

    Quant à ta mort
    et à la mienne
    C’est un présent sans avenir
    Qu’il faut laisser aux oubliettes…

  3. johny dit :

    C’est quoi le theme de ce poeme ??

  4. janette dit :

    Douleur refoulée. Droit des femmes. Limite, Marginalité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s