On parle souvent  » des trente glorieuses  » expression inventée par Jean Fourastié. Ces trente glorieuses sont la plupart du temps évoquées avec nostalgie, comme une époque disparue que l’on aimerait retrouver. Les générations actuelles confrontées aux difficultés de leur temps se laissent influencer par l’impression d’aisance qu’il pouvait régner dans les années qui ont suivi la guerre. Mais il est important de relativiser et surtout de ne pas mettre en comparaisons ces deux époques. Notre époque victime de la société de consommation que l’on se plaît à déplorer engendre des frustrations, les différences de revenus sont de plus en plus criantes et le mal-être persiste. Ces données pessimistes font que l’on se tourne volontiers vers des époques où la vie aurait pu être plus douce c’est ainsi que l’histoire des trente glorieuses a pu prendre forme.

Ayant vécu, dans le monde ouvrier, cette époque je ne peux m’empêcher de nuancer cette vision bien que toute époque rappelant la jeunesse soit forcément empreinte d’une certaine tendresse. Si on regarde l’état du monde du travail, il est difficile de dégager ce qui pouvait être glorieux. Si le chômage n’existait pas, il faut se rendre compte de ce qu’était les conditions de travail dans les entreprises qu’elles qu’elles soient. La pénibilité du travail due d’une part au manque de technicité des machines et d’autre part par à un encadrement peu soucieux des personnels, la durée du travail, les conditions de travail, le manque de rapports sociaux, les vacances réduites, le travail dès l’âge de 14 ans, tous ces facteurs maintenaient la population ouvrière dans une dépendance totale envers l’employeur et ses cadres.

Les excès des grands patrons de l’époque n’avaient rien à envier à ceux d’aujourd’hui, hélas. A ces excès il fallait ajouter le mépris affiché envers la classe ouvrière.

Les conditions de logement à la campagne étaient des plus sommaires, sans sanitaire, souvent sans eau courante, ce qui a fait passer pour un réel progrès les premières constructions de HLM.

Le logement était souvent lié à l’emploi et était une dépendance supplémentaire envers l’employeur. La vie était conditionnée autour du travail et l’employeur était tout puissant.

L’éducation était réservée aux classes aisées et peu d’enfants issus du monde ouvrier parvenaient à émerger. La vie sociale, les associations, si celles-ci existaient à la ville, étaient rares à la campagne.

Tout cela pour dire que l’on a toujours tendance à idéaliser ce qui est passé pour déplorer les défauts de la vie actuelle. Et la société actuelle, si on prend la peine de creuser un peu est de plus en plus tournée vers le développement de l’individu. Je sais qu’il est de bon ton de stigmatiser les excès de certains milieux et souvent à juste raison, mais il faut constater qu’aujourd’hui, si l’on veut progresser, évoluer, que ce soit dans le travail ou dans sa vie personnelle on trouve les outils nécessaires.

Non ce n’était pas mieux avant !

Publicités

Une réponse "

  1. Tony Pirard dit :

    La vie des humains a une ressemblance incroyable avec un fourmilière,où il y a ceux que travailent fréquemment et l’autres que sont à l’aise établu par divers motif,privilégiés,héritages,ou par avoir eu meilleur chance dans la vie.
    Les fourmi a tout que les humains a y compris la hierarchie,Oui ! elles ont la reigne,ouvriers.Et crois..! parfois jusque tremenblement de terre que détruissent tout leur nids.
    actuelemment,chaque jour la société va exigir chaque fois plus de nos jeunnes,plus valeurs intelectuelles,plus effort,perseverance.
    Mais,de tout cela,c’est nécessaire avoir une meillheur comprehénsion par ceux qui viennent de bas,dans une lutte inégal par part de ceux qui sont un peu plus positionés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s