baiser.1173632845.jpg 

17 h. Je n’ai toujours rien posté aujourd’hui. Je commence à paniquer. Pas d’idée. Bon la politique, d’accord, mais d’autres le font mieux que moi. Et puis vu que j’ai toujours tendance à écouter le dernier qui a parlé ( enfin pas quand c’est le Pen évidemment ), je ne suis donc pas une référence.

Je me tourne donc vers  » Courrier International », que d’ailleurs je tourne et retourne depuis ce matin. J’avais bien vu ce sujet, mais en haut de l’article, j’ai lu  » IRAK « , et ce qui se passe là-bas est tellement horrible que je zappe télé ou presse à ce sujet. Que faire ? Busch est un fou dangereux. ( il fallait que je le dise ! ça me soulage ).

Pour preuve: a la question d’un journaliste qui lui demande si l’Irak est le théatre d’une guerre civile. Voici sa réponse : Vous savez, c’est difficile pour moi, qui vis dans cette belle Maison-Blanche, de vous dire ce qui ce passe sur le terrain.

Finalement, je retourne vers l’article entrevu sur l’Irak dont le titre est : Pourquoi tout le monde s’embrasse tout le temps ? Ce texte essaie d’expliquer pourquoi, depuis la guerre, tout le monde s’embrasse. Du soir au matin, les irakiens s’embrassent sous n’importe quel pretexte. Vu de loin et de façon irresponsable, j’ai envie dire, soit ils se tuent soit ils s’embrassent. Mais dans les deux cas ils s’embrassent, ceux qui vont tuer et ceux qui vont se faire tuer.

Une femme qui vient de perdre son fils, se lamente :  » Qui est-ce qui va m’embrasser maintenant ?  »

Un psychologue explique ce fait :  » Nous avons tout le temps peur pour nous-mêmes et pour nos proches. On cherche à se rassurer et à sentir qu’on est encore en vie en se raccrochant à ses proches. Ce contact physique est une forme d’affirmation de soi qui s’exprime par le corps. « 

La bise est devenue si courante que celui ou celle qui salue d’une poignée de mains passe pour quelqu’un de froid.

Le même phénomène s’était produit en Algérie du temps de l’occupation française.

Pourtant, je constate le même phénomène en France me semble-t-il. Est-ce ma génération ? Ou suis-je passé à côté de quelque chose ? Mais tout le monde s’embrasse aussi. Les hommes se font la bise plus volontiers qu’ils ne se donnent une bonne poignée de mains. Dés la première rencontre il faut se faire la bise. Il me semblait que pour arriver à ce stade, il fallait nouer des liens. Embrasser ressort de l’affectif, d’une complicité qui ne peut se construire en une rencontre. Quel valeur restera-t-il à ce geste s’il est utilisé sans fondement.

Je passe sur les :  » moi, c’est trois  »  » moi c’est deux  » et le top  » moi c’est quatre « . On peut remplacer le » moi  »  par  » chez nous « . Ce qui sous-entend que l’on vient d’ailleurs et donne ainsi une touche d’exotisme.

Je vais passer pour un rabat-joie, alors pour me faire pardonner je vous invite à cliquer ici et ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s