Le point du 23 Novembre 2006

Interview de Charles Melman, fondateur de l’association lacanienne internationale, auteur de nombreux ouvrages, dont on peut trouver la bibliographie sur Google ou sur Wikipédia.

Dans cet article, il développe sa théorie de la  » nouvelle économie psychique  » dans lequel j’ai pu retrouver ce que je ressens sans pouvoir l’expliciter clairement. Il arrive souvent en tout cas en ce qui me concerne, que j’ai besoin de support pour développer ou affirmer des opinions. Cet article m’en donne l’occasion.

Charles Melman définit une  » nouvelle société  » au sein de laquelle les rapports sont la plupart du temps « parasités »où curieusement les nouveaux modes de communications  » télé  »  » internet  » ou divers médias conduisent à une  » pensée unique ou a une confrontation souvent stérile.

 » Avant, à table, il pouvait y avoir des disparités politiques mais la famille était néanmoins solidaires. par refus des contraintes liées à son entretien, notre société a renoncé à la famille patriarcale en tant qu’institution de base. » La peur de ne pas être comme les autres, la victimisation d’une classe par rapport à une autre, le report de la responsabilité sur l’autre sont des facteurs de délitement d’une société.

« La dignité et l’honneur passe en second dèrrière la réussite matérielle et professionnelle. »

Rester soi-même est devenu dangereux car il provoque la méfiance, se refuser à telles ou telles expériences paraît  » ringard « . Il faut paraître « moderne », c’est à dire adopter des attitudes ou des comportements mis en valeur par les médias ou la publicité. Si l’on a jamais fumé de  » pétards  » on est réac ou tout au moins ringard.

Je cite Charles Melman :  » D’un point de vue clinique, nombre d’expériences homosexuelles sont aujourd’hui menées comme on fait un voyage sous les tropiques. C’est dans l’air du temps.  »

Autre citation :  » la parole de chacun d’entre nous vient d’un  » lieu psychologique  » que nous habitons en tant que sujets et qui est l’organisateur de nos conduites. Nombre de gens n’ont plus cette maison, ce domicile fixe. On est aujourd’hui dans le refus de l’installation. »

L’homme veut tout et son contraire, on veut être ferme et généreux, on veut la sécurité mais aussi la bienveillance pour ceux qui troublent celle-ci. Il faut de l’humanitaire parce que nous sommes prédateurs, Plus nous créons d’inégalité plus on réclame l’égalité.

Cette incertitude, cette ambivalence fait le lit de l’extrême-droite qui elle, met des bornes et des mots sur ces bornes.

L’homme politique  » classique  » suit le chemin de la société et pire encore, si je suis l’actualité, fait preuve de démagogie non dissimulée. Il ne propose plus, il guette l’opinion pour agir

Une femme se présente à l’élection présidentielle. Posons nous la question sur la manière dont elle va gouverner le pays. Connaissez-vous dans l’Histoire une femme au pouvoir qui ait été libérale ?

Travail, famille, Patrie, voire armée. Promettre une restauration morale peut-être une bonne chose comme elle peut-être symbole d’autoritarisme dont la candidate a déjà donné quelques preuves.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s